Slide 1
Slide 1

Carte blanche à DeLaVallet Bidiefono

Rendez-vous de la Manufacture 6.1

Dans le cadre de Danse d'ailleurs, temps fort sur la danse du monde


VENDREDI 9 FÉVRIER 20H30

Creil ~ Salle de la Manufacture



Une soirée, un plateau partagé autour d’artistes originaires du Congo et de l’Afrique de l’Ouest.

Tu fais, je fais
Cognes Mayoukou – Congo – Solo – 25 min

Cognès Mayoukou qui se présente comme « l’amazone de Brazza », arborant une crête nattée au milieu de son crâne rasé. Dans Tu fais, je fais, en trois séquences brèves agencées en éclats autobiographiques, elle raconte, avec des mouvements coupants de ses bras et de ses jambes nus, la violence qu’elle a subie. « Tout ce qui me fait mal m’inspire », nous dit-elle.

On ne brûle par l'enfer (remplace Mon élue noire) Chorégraphie Delavallet Bidiefono et Drevy Ivernel Foundou dit Aïpeur - Congo - Solo - 35 min
Voyage poétique à travers la mémoire des corps, On ne brûle pas l’enfer entrelace réalités et imaginaires, désespoirs et espoirs. Ces corps, qui ont traversé les temps de guerre comme les temps de paix, débordent et se dispersent en d’autres corps, subis ou choisis, comme les témoins de la construction en mouvement de la jeunesse congolaise contemporaine.

Acheter vos places

informations & tarifs

Tarifs : de 6 € à 10 €
Durée : 1h
Programmation à suivre
A partir de 13 ans

Spectacle en FamilleDanse

Évènement Facebook

Cognès Mayoukou



Cognès Mayoukou est née à Brazzaville. Elle est l une des figures majeures de la scène chorégraphique féminine au Congo. Artiste engagée, elle a été formée à la danse contemporaine en grande partie grâce au chorégraphe DeLaVallet Bidiefono, mais aussi en suivant les stages dispensés par le chorégraphe burkinabé Salia Sanou. En 2017, DeLaVallet Bidiefono la distribue dans la création Monstres / On ne danse pas pour rien .

Drevy Ivernel FOUNDOU dit Aïpeur



Drevy Ivernel FOUNDOU dit Aïpeur, chorégraphe et danseur interprète, va voir naître sa passion de la danse urbaine en 2003-2005 notamment dans le hip hop.

Il est sélectionné comme danseur interprète au festival Panafricain de Musique en 2005, 2007 sous la direction chorégraphique de Yaz (Ghanéen) au stade Félix Eboué de Brazzaville. Dans ses recherches chorégraphiques, il sera fasciné par la danse contemporaine qui va connaitre son apogée en 1996 à Brazzaville en République du Congo, avec la venue des chorégraphes formateurs et la naissance des quelques festivals locaux qui drainèrent plusieurs acteurs de la danse et du public. Il a à son actif six créations chorégraphiques telles que : 98, Au fond des Réalités, Le Dieu Danseur, Mémoire Entr’actes, Le Grand Bleu, On ne brule pas l’enfer avec plusieurs collaborations telles que : Florent Mahoukou, Julien Bissila, Orchy Nzaba, DeLaVallet Bidiefono, Salia Salia, Andrea Ouamba qui l’ont permis de participer aux festivals Makinu Bantu 2008, Tremplin Danse 2009, Rue Dance 2011, Mantsina 2011, ainsi que plusieurs dates à l’Institut Français du Congo.

Il est aussi interprète dans la création La Vie et Demie à Brazzaville comme à Bamako pour les Rencontres Chorégraphiques Danse l’Afrique Danse 2010, Matricule 22 en prélude du chorégraphe Orchy Nzaba (Cie Li-Sangha).

En 2017, DeLaVallet Bidiefono le choisit pour la création de Monstres / On ne danse pas pour rien.